Les Citoyens décident, sinon  gare !

article-claire

Les Citoyens décident, sinon  gare !

Les résultats du vote de la Primaire présidentielle des Etats-Unis sont ceux de la colère de ses électeurs…  Donald Trump l’a compris au milieu de la campagne, quand des fraudes sont apparues dans le camp démocrate. Il a  fait coïncider son message avec l’exaspération contre la corruption érigée en système. Les médias et l’intelligentsia WASP se sont trompés de bout en bout dans leur propagande émaillée d’insultes contre « le populiste », ce qui a poussé les électeurs à s’identifier à lui. Il a l’avantage de n’être pas issu d’un sérail politique et a donc aisément pu se connecter à la colère de l’Amérique profonde des déshérités, au-delà même de son camp. Il a aussi touché des personnes raisonnables et honnêtes de la classe moyenne qui voient leur monde se déliter entre les mains de forces obscures et sans visage, absolument incontrôlables, sous couvert d’un vernis démocratique. Ces citoyens qui acceptaient de tout supporter depuis la « crise des subprimes », ne veulent surtout plus voir leurs enfants dans un descenseur social et leurs anciens abandonnés.

En outre, les Affaires Etrangères d’Hillary Clinton ont dévoilé des pratiques et des menaces de guerre relayées sur toutes les chaînes d’information par une propagande servile,  partout en Occident.

La réaction de Jean-Luc Mélenchon face à cette issue électorale, a été d’une grande sobriété. Il rend compte avec justesse de ce rendez-vous sciemment  torpillé par les partisans d’Hillary Clinton,  pour empêcher la victoire de Bernie Sanders. En conséquence, l’électorat de celui-ci avait déclaré qu’il ne se reporterait pas sur ses consignes de vote. Jill Stein l’écologiste,  a été le report qui a manqué à la candidate démocrate.

Plus jamais ça !

Si vouloir remplacer un monde à bout de souffle et prendre son destin en main à la place des oligarques actuels est être populiste : alors acceptons-le.

Nous, citoyens Insoumis, qui nous sommes ici mis en collectif indépendant, nous donnons les moyens de garantir notre propre avenir national et international. Nous ne laissons plus les commandes.  Car par-dessus les abandons par pans entiers de nos acquis sociaux, de notre leadership économique décidé par l’Union Européenne des nantis et de notre indépendance sacrifiée à l’OTAN :

  • nous refusons aujourd’hui une diplomatie au rabais, inconséquente dans la résolution meurtrière d’une région au Proche Orient, occupée par un monstre fabriqué par l’Occident, et qui plus est  s’agissant de celui-ci, faiseur de guerre mondiale jusque chez notre gouvernement actuel
  • nous refusons les dérives politiciennes des « ventres mous » aux ordres des lobbies, qui au mieux nous promettent une longue agonie, entre survie quotidienne et paupérisation irrémédiable, à l’avantage de quelques-uns  
  • nous sommes en instance de divorce avec les pouvoirs actuels politicien, financier et industriel qui obéissent à la Table ronde européenne, dont nos partis qui, pour l’obtention de places éligibles, composent avec elle. Les surdiplômés de Science Po qui flirtent avec le « Choc des Civilisations » Etats-Unien d’une promotion communautariste, ainsi que les prescripteurs parisiens,  les technocrates déconnectés qui perpétuent la caste de la médiocratie, commettent  encore et toujours la même erreur de vouloir se maintenir tel que, l’année prochaine, dans un entre soi élitiste. Nous en prenons acte.

Que ce précédent Yankee nous alerte

Si c’est l’entre soi, notamment social-démocrate, qui s’organise pour gagner avec le plus petit dénominateur commun des votes contre une grosse majorité citoyenne lourdement tributaire d’une dette qui ne lui appartient pas, le second tour sera celui de la colère en faveur de l’extrême droite, renforcé par  un refus conséquent de la participation électorale. Les retours du terrain font valoir que le vote de l’espoir avec Jean-Luc Mélenchon existe bel et bien sur des contenus qui correspondent aux besoins de transformations actuelles de notre société. Ces contenus se projettent dans une vision à long terme consciencieusement planifiée. Cependant, le moindre faux-pas contre la dynamique citoyenne ne sera pas pardonné.  

Ainsi en sera-t-il aussi, si le pouvoir actuel qui mène un chantage sur les élus dans l’affaire des 500 signatures,  faute de programme réel qui ne laisse en mémoire que les promesses trahies, détourne les conditions démocratiques de ces élections à leur avantage contre notre candidat. Nous connaissons leur détestation vis à vis de la révolution citoyenne, y compris dans la gauche dite alternative, parce que la 6ème République et sa Constituante remplacent tous les rouages des pouvoirs actuels. Si ces élections se font contre le peuple, alors le vote de la colère renforcé par l’abstention sera très présent, là où le vote de l’espoir mettait la France entière au travail pour répondre aux exigences du temps, voire  dessinait une ère nouvelle.

Une lame de fond citoyenne des plus entreprenantes se mobilise actuellement à l’insu des pouvoirs et des politiques dans lesquels elle ne croit plus… Elle ne se reconnait plus dans les étiquettes politiques démenties par les contenus. Elle en appelle à un effort de compréhension qui mobilise de manière pérenne, pas seulement pour déposer un bulletin dans l’urne. La seule exigence de notre dynamique nationale est de travailler ensemble avec toutes les forces de propositions dont le vécu enrichit notre projet, pourvu que ce soit dans l’intérêt général et en respect de notre planète.

Nous allons constituer une bibliothèque des savoirs et des prospectives qui déclenchera des laboratoires citoyens expérimentaux sur le terrain, les plus décentralisés possibles dans l’esprit des mouvements citoyens locaux. Nous voulons construire avec notre cœur,  de nos mains et par l’imagination de nos propres cerveaux, un projet solidaire à la fois indépendantiste et altermondialiste. Nous nous adaptons au déplacement actuel des forces géopolitiques qui permettra à chaque pays, notamment parmi les émergents, de conserver sa main d’œuvre qualifiée pour  mieux se développer librement dans le cadre d’une coopération internationale équitable.

Nous ferons tout avec le candidat que nous nous sommes choisis, pour ne pas manquer ce rendez-vous d’une révolution citoyenne pacifique et heureuse, in fine universelle.  Cela passe par une remise en cause radicale de nos mauvaises habitudes égoïstes. Nous nous devons à nos jeunes d’avenir.

Place au Peuple !

Claire Bouthillon

Collectif Citoyen Souverains
citoyenssouverains@gmail.com
No Comments

Post A Comment