Liens vers des vidéos et documents sur la stratégie « Plan A / Plan B » de Jean-Luc Mélenchon et de la France insoumise

Liens vers des vidéos et documents sur la stratégie « Plan A / Plan B » de Jean-Luc Mélenchon et de la France insoumise

Cet article a été publié initialement le 05/04/2017 à 19h55 et sera mis à jour chaque fois que nécessaire.

 

1/ Notre collectif “Citoyens pour un peuple souverain” (voir ici notre site internet et ici notre page Facebook) a publié, le 30 mars 2017, dans Marianne, une tribune intitulée : “Oui, la France insoumise est prête à sortir de l’euro et de l’Union européenne”. Elle est à lire ici.

Cette tribune est une réponse à celle coécrite par Coralie Delaume et Aurélien Bernier, intitulée : “La France insoumise de Mélenchon doit rompre avec le fantôme de « l’Europe sociale » ” et parue, elle aussi, dans Marianne le 23 mars dernier. On peut la lire ici.

 

2/ En complément de cette tribune que nous avons publiée dans Marianne, pour comprendre pourquoi nous pouvons, à juste titre, prétendre défendre la stratégie que nous avons exposée, et afin de démentir que nous soyons en contradiction avec l’esprit du discours et du projet de Jean-Luc Mélenchon, accusation qui nous est faite, voici la vidéo (tournée en 2016) de l’université populaire et du week-end de formation de la France insoumise organisés autour du Plan B avec comme questionnement: sortir de l’euro ? Quelles alternatives pour le système monétaire européen ?

 

3/ Vous trouverez ici le diaporama pédagogique sur le sujet.

 

Et vous êtes invité-e-s à aller voir aussi ces deux vidéos :

4/ Vidéo d’une soirée-débat sur l’Europe et l’Union européenne. 1ère partie : le plan A

5/ Vidéo de la deuxième partie de la soirée débat. Cette fois, le plan B.

Collectif Citoyen Souverains
citoyenssouverains@gmail.com
2 Comments
  • Méc-créant
    Posted at 21:51h, 06 avril Répondre

    Je viens de découvrir ce site. Il est intéressant de voir qu’il existe au moins une partie des soutiens du programme de la F.I. qui porte une analyse critique sur la présentation des « options » (en accessoires décoratifs?) dites « plan A » et « plan B ». Avant même de savoir quelle serait l’attitude des instances européennes, chacun se doit (et doit à tous les citoyens) de s’interroger.: est-ce que les populations sont en mesure de disposer du pouvoir de définir librement en toute indépendance (politique et…juridique) leur présent et leur avenir? Sous une autre forme: le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est-il fondamentalement garanti dans cette euro-mondialisation? Si on répond oui, c’est qu’on se considère libre, doté du pouvoir suffisant et on peut envisager de continuer sur l’avenue de L’Europe (quitte à aménager les trottoirs et les réverbères). Si on répond non et qu’on souhaite retrouver un peu de pouvoir de décision, on ne peut que vouloir reconquérir souveraineté populaire et souveraineté nationale.
    Par contre, il n’en demeure pas moins que la présentation de ces deux options véhicule un bon chargement d’ambiguïté. D’abord, en effet, par les discours (et les opinions) de certains dirigeants du programme (l’un d’eux a pu dire qu’il n’y aurait pas de quoi « effrayer les marchés »…tout en promettant de « mettre au pas la finance »?). On peut également se souvenir que Mélenchon, il y a peu, souhaitait « refonder l’Europe » et –n’ayant plus vingt ans depuis longtemps– j’ai un peu de mal à oublier qu’il a participé activement à cette construction dont il a peut-être du mal à se défaire (ce qui est humainement compréhensible). N’étant qu’un anti-capitaliste primaire, j’ai voté non à Maastricht et je n’ai jamais voté pour le parlement européen, simple attrape-couillons idéologique et psychosocial, miroir aux alouettes de la démocratie.
    Quant à affirmer que seul le plan B s’imposera par la force des choses, face à la situation nouvelle engendrée par les refus européens, c’est peut-être aller un peu vite. Déjà, si on sort de l’UE par l’article 50, cela signifie qu’il faudra engager des « négociations ». On peut faire confiance aux politiciens pour délayer la sauce et prolonger la séance. Aussi il me semble que seul un puissant rassemblement citoyen pourrait réussir à imposer le plan B… dans le programme… et pourrait accélérer son application (ce que semble mesurer de plus en plus Mélenchon). Reste, évidemment, la question subsidiaire qui anime sans doute les dirigeants: est-ce qu’affirmer vouloir sortir de l’UE et de l’Euro…fait gagner ou perdre des électeurs? Une telle question, n’est-ce pas déjà de la politique… politicienne?…
    Je ne sais si cela apportera de l’eau à votre moulin, mais j’ai mis quelques vieux textes sur le blog « Immondialisation: peuples en solde! » , présentant des réflexions pouvant entrer en résonance avec celles de votre courant de pensée.
    Méc-créant.

  • Stephen
    Posted at 01:32h, 14 septembre Répondre

    Heureux de vous voir conscient de l’illusion du plan A, mais attristé de vous voir penser que l’aboutissement serait forcément votre ‘plan B amélioré’, alors que les manettes seraient entre les mains de ces quelques illusionnistes (et pas dans celles de votre collectif, malheureusement). Que pensez vous du plan T ? Alias planTé, alias plan Tsípras …
    Vous ne le savez pas encore, mais votre place est à l’Union Populaire Républicaine… A moins que vous soyez vous-même illusionnistes.
    Chaleureusement.

Post A Comment